Comment nourrir une chèvre ?

Comment nourrir une chèvre ?

chevre qui regardeChaque année, les propriétaires de terrains et les agriculteurs des différentes régions du monde dépensent des sommes considérables dans la gestion de la végétation. Avec les techniques modernes, l’utilisation chèvres débroussailleuses est une bonne technique pour garder les terres dégagées. De nombreux ruminants sont utilisés par les agriculteurs du monde entier pour le débroussaillage, en particulier dans les pays sous-développés.

Les chèvres sont des brouteurs, alors que la plupart des gros ruminants sont des tondeurs. Ainsi, les chèvres peuvent mieux défricher un morceau de terre. Elles errent dans les champs et mangent des herbes, des arbustes et des mauvaises herbes. Elles peuvent manger n’importe quel type de verdure, elles sont donc meilleurs que les autres ruminants. Le broutage correspond à environ 60% de leur régime alimentaire, ce qui est très bénéfique pour ceux qui veulent défricher leurs terres avec un petit budget.

Le taux de reproduction est également plus élevé chez les chèvres et elles peuvent donner naissance à deux enfants (généralement) avec une période de gestation de cinq mois. Un tel taux de reproduction rapide peut augmenter le nombre de chèvres en quelques jours, ce qui entraînera une augmentation du niveau de rendement.

Il subsiste également des dépenses nécessaires à leur entretien. Les vers intestinaux constituent l’un des problèmes les plus courants dans de telles zones ouvertes. Le déparasitage doit être répété tous les trois mois, ce qui est utile non seulement pour la croissance des chèvres, mais également pour le microbiote de la terre. De plus, il existe également une liste de plantes ou d’herbes bénéfiques et toxiques pour les chèvres qui doivent être strictement prisent en considération.

Plantes non-toxiques que les chèvres peuvent manger :

  1. Le Chardon :
    Le chardon est une sorte de plante à fleurs ayant des piquants sur toute la surface. Elles sont des mauvaises herbes et appartiennent à la famille des astéracées. Plus de dix espèces de chardon se retrouvent partout en Amérique du Nord et en Europe. Bien que les chèvres aiment le chardon-Marie laiteux, elles doivent toutefois être évitées en grande quantité, car une grande quantité de chardon-Marie peut provoquer un empoisonnement par les nitrates chez les animaux.
  2. Les Mûres :
    Les mûres, fruits de la ronce, appartiennent au genre Rubus de la famille des rosacées. Ce sont des arbustes à fruits piquant également connus sous le nom de fruits comestibles sombres. Ils  forment des arbustes presque dressés aux tiges enchevêtrées. Leurs tiges droites ou semi-droites peuvent aller jusqu’à sept mètres de long. En ce qui concerne les feuilles, elles se composent de trois à cinq folioles ovales qui sont vert foncé de la face supérieure et vert clair de la face inférieure. Bien qu’ils soient présents dans la plupart des régions du monde, ils sont originaires d’Amérique du Nord, où ils sont également cultivés. Ils constituent une bonne source de vitamine C, d’antioxydants et de fer pour les animaux.
  3. Le Lierre Anglais :
    Le lierre anglais, également appelé Hedera helix, est une plante envahissante présente partout dans le monde et originaire d’Europe et d’Asie occidentale. C’est une vigne à feuilles persistantes qui utilise des arbres pour grimper et peut pousser dans n’importe quelle zone vierge. C’est une plante à fleurs de la famille des Araliacées. C’est une source de nourriture très utile pour les animaux, en particulier en hiver, en cas de pénurie de nourriture. En outre, il se développe rapidement et les chèvres les adorent.

 

Plantes toxiques que les chèvres ne doivent pas manger :

  1. Le Chêne de Poison :
    Il appartient à la famille des Anacardiaceae. C’est un arbuste à feuilles caduques originaire d’Amérique du Nord. Il est répandu dans les vallées et les montagnes de la Californie. C’est une vigne grimpante sur des arbres comme des chênes et des sycomores en se fixant au tronc d’arbre. Il peut provoquer des démangeaisons et des cloques sur la peau au toucher. Ils ont des sécrétions grasses qui peuvent provoquer des réactions épidermiques. Le nettoyage rapide de la partie du corps infecté peut réduire significativement le risque de démangeaisons. On les distingue par leur feuilles similaires à celles du chêne et à une texture velue avec trois, cinq ou sept feuilles. Il peut être facilement éliminé simplement en se lavant les mains. N’essayez pas de brûler de telles plantes car leurs vapeurs peuvent également vous causer de graves problèmes.
  2. L’Herbe de Johnson :
    L’herbe de Johnson est une plante de la famille des poacées originaire des régions méditerranéennes, mais elle pousse également en Europe et dans tout le Moyen-Orient. Pendant la saison de croissance, il n’est pas toxique pour les chèvres débroussailleuses, cependant, dans la saison où la croissance a été arrêtée, ils deviennent toxiques. Tout cela est dû à une accumulation de cyanure d’hydrogène dans la plante, susceptible de provoquer un empoisonnement au cyanure dans le corps de l’animal. Dans le meilleur des cas, cela peut conduire à des ballonnements, ou dans le pire des cas, en cas de consommation de quantité importante, à la mort de l’animal en causant une cytochrome oxydase.
  3. Le Poison Sumac :
    Le Sumac Poison appartient à la même famille que le Chêne Poison. En ce qui concerne l’habitat et la structure, il est en quelque sorte lié à la plante mentionnée précédemment. La principale différence entre le sumac poison et le chêne poison est que le sumac poison est un petit arbre alors que le chêne poison est un arbuste. La toxicité sont à peu près les mêmes que d’autres plantes relatives. Le groupe de feuilles (composé de sept à treize feuilles) constitue une différence majeure par rapport aux autres plantes.
  4. Zigadène vénéneux:
    Le Zigadène vénéneux, également connu sous le nom de death camas, est une plante à fleurs de la famille des mélanthiacées. Ils peuvent atteindre 70 cm de long avec des feuilles ressemblant à de l’herbe et des boutons ressemblant à des oignons qui ne sont pas comestibles. Bien qu’il soit originaire d’Amérique du Nord, il est présent partout dans l’Ouest canadien et aux États-Unis. Des alcaloïdes neurotoxiques sont présents dans ces plantes avec la zagazine et d’autres esters toxiques. Ces substances toxiques peuvent être mortelles pour tous les types d’animaux de pâturage si leur consommation représente plus de 2% de leur poids corporel. Des convulsions peuvent survenir dans le système nerveux. Certains problèmes musculaires peuvent être observés chez les animaux tels que la faiblesse, les tremblements, l’ataxie, etc.
  5. Autres plantes toxiques : Symplocarpe fétide, le Bouton d’or, la Berce du Caucase, le Brugmansia, le Gympie Gympie, la Puya chilensis, la Nepenthes attenboroughii, …

Vous souhaitez apportez des précisions à l’article ?
Vous souhaitez une estimation gratuite de vos besoins ?

Estimation Gratuite
Recevez une estimation gratuite et sans engagement pour la location de chèvres et de moutons débroussailleurs.

Laisser un commentaire

Fermer le menu